Catégories
Aucun

PSA et Fiat Chrysler : le mariage de l’année

Les choses n’ont pas traîné. Alors que PSA et Fiat Chrysler avaient annoncé leur intention de s’unir fin octobre, les deux groupes se sont mis d’accord mardi sur les modalités de leur « mariage ». Une méga-fusion  qui va créer le numéro 4 mondial du secteur en volume avec 8,7 millions de voitures. Objectif affiché : être à la pointe d’une nouvelle ère de mobilité durable. 

PSA et Fiat Chrysler : des rôles équilibrés et complémentaires

Depuis quelques années, toute l’industrie est engagée dans une course folle contre les émissions de CO2 qui oblige les constructeurs à investir des sommes phénoménales dans l’hybride, l’électrique, les voitures autonomes et l’hydrogène. Le constructeur français est particulièrement bien outillé en matière d’électromobilité puisque PSA lance tous ses modèles en version électriques et hybrides rechargeables. Mais probablement trop petit, trop européen pour réussir tout seul cette révolution.

De son coté, Fiat Chrysler a pris du retard dans les technologies vertes. Sous la direction de feu Sergio Marchionne, le constructeur italo-américain avait renoncé à d’importants investissements dans l’électrique. Mais gros point positif, le groupe italien est présent sur le marché d’Amérique du Nord et du Sud. Ce mariage fait donc beaucoup de sens sur le plan industriel avec une complémentarité géographique et technologique.

Offrir du propre abordable

Le nouveau groupe deviendra un « acteur clé » de l’industrie, comme l’ont annoncé les sociétés parisienne et turinoise. L’ambition affichée est donc claire : proposer une mobilité « propre » qui puisse être abordable grâce à sa taille. Le futur géant offrira 14 marques – Peugeot, Citroën, DS, Opel et Vauxhall côté PSA, Abarth, Alfa Romeo, Chrysler, Dodge, Fiat, Jeep, Lancia, Maserati et Ram apportées par la partie italo-américaine. Plus de marques automobiles pour financer et amortir plus rapidement les investissements dans la transition écologiques et dans l’automatisation des véhicules.

Le patron de PSA, Carlos Tavares a, en outre, annoncé que le méga groupe allait se doter d’un nouveau nom et que son siège devrait s’établir aux Pays-Bas.